Qu’est ce que le Kenjutsu ?

Publié le 13 Janvier 2009

Article publié par Stéphane - Responsable technique de la section Kenjutsu.

Le terme Ken signifie le “Sabre” et Jutsu “Technique” en japonais. Il s’agit donc de techniques de sabre c’est à dire d’escrime japonaise. C’est un art martial ancien (Bujutsu) qui se concentre sur la maîtrise des sabres katana et wakisashi.


On pratique le Kenjutsu sans protections. Si la finalité est le maniement du katana, l'entraînement à deux se fait avec un bokken (sabre d’entraînement en bois) et l'entraînement au dégainement (iaï) se fait avec un Iaïto (katana non tranchant).


Le Kenjutsu est l'ancêtre du Kendo et il a également été d'une importance fondamentale dans la genèse de l'Aïkido ; le kenjutsu est pratiqué par les aïkidokas sous la dénomination Aïkiken.
 

L'art du sabre comprend également :

l'art de dégainer et frapper dans le même mouvement : Iaïjutsu et Iaïdo,

l'entraînement aux coupes sur des bottes de bambou : Batto Do




 


Un peu d’histoire

 

Après la victoire de la dynastie Tokugawa en 1615, le Japon pacifié, la classe des samouraïs se trouva désoeuvrée. Les écoles et académies d'arts martiaux (ryu) prospérèrent alors dans tout le pays. Les techniques guerrières du passé (Bujutsu) devinrent des «voies» (Budo) qui soulignaient beaucoup plus l'importance de la maîtrise intérieure. Le travail du sabre devint une recherche de la perfection, de l'union de l'esprit et du geste. Chaque école avait ainsi ses techniques propres concernant la longueur du sabre, les positions, en passant par la manière de porter les coups. Aujourd'hui, la plupart de ces techniques se sont perdues.
 

Le Kenjusu eut un rôle très important dans la génèse de la pratique à mains nues de l’Aïkijutsu et de certaines formes de Jujitsu. Il subsiste encore aujourd'hui de nombreuses similarités avec l’Aïkido. L’Aïkido englobe donc la pratique d’une forme de Kenjutsu, appellé Aïkiken ou Ken de l’Aïkido. Le travail des armes est communément considéré en Aïkido comme un outil pédagogique facilitant la compréhension de certains phases du Tachiwaza (techniques à mains nues). Il n'est donc pas vraiment considéré comme une pratique à part entière.
 

Certains courants indépendants cherchent à replacer la pratique des armes (le Ken mais aussi le Jo - Bâton) au coeur de l’Aïkido. C’est le cas des écoles qui se réclament d’Iwama ou de Saïto Senseï.
 

De fait, bien qu’il subsiste encore un enseignement de Kenjutsu “traditionnel” au Japon, celui-ci est très peu répandu en France et il n’y existe pas de Fédération indépendante ou de groupement de pratiquants conséquent. Il faut aussi savoir que le mode d’enseignement traditionnel japonais est très fermé, un professeur a très peu d’élèves dans sa vie, il faut être recommandé pour pouvoir pratiquer et il n’existe pas de système de grades comparable à celui des Budo. Ce système est donc plus difficilement exportable et l’enseignement est difficilement accessible.



Le kenjutsu de Minoru Inaba

 

La seule école de Kenjutsu répandue en France est le Katori Shinto Ryu diffusé par Maître Floquet au sein de l’Aïkibudo. Cependant depuis quelques temps se développe une pratique particulière au sein de la FFAAA qui est le Kenjutsu de l’école Kashima d’Inaba Minoru. 
 

Christian Tissier Senseï est en effet depuis de nombreuses années l’élève de Minoru Inaba, Maître japonais de Kenjutsu pratiquant aussi l’Aïkido (8eme Dan Aïkikaï). C’est Yamaguchi Senseï, Maître de Christian Tissier à l'Aïkikaï qui lui a recommandé l’étude de ce style de Kenjutsu.
 

Cette pratique est pour l’instant cantonnée à certains stages privés et n’est pas vraiment organisée mais on peut constater qu’elle se développe de plus en plus au sein des techniciens haut-gradés qui suivent Tissier Senseï.
 

Le nom Kashima provient du nom du temple et de la ville où le style fut créé, situé dans la province d'Ibaraki, près de Tokyo. Mais c’est un style légèrement différent, largement influencé par l’Aïkido, qui est enseigné par Minoru Inaba, élève de Kunii Zen'ya 18e Shihanke (dépositaire de l’école de Kashima Shin Ryu). 



Et le Gonojukan ?
 

Séduits par ce style de travail au ken, que nous pratiquons depuis plusieurs années lors de stages privés de Christian Tissier Senseï, nous avons décidé de nous consacrer sérieusement à son étude. Nous avons donc créé un cours spécifique de Kenjutsu ouvert à tous, ayant pour but l’approfondissement du travail du ken, qu’il s’agisse du Ken Taï Ken de l’Aïkiken ou du Kashima enseigné par Minoru Inaba et Christian Tissier. Nous nous devons aussi d'aborder certains aspects de Iaïjutsu.
 

Le fait d’ouvrir un cours de Ken à des pratiquants qui ne sont pas forcément intéressés par l’Aïkido permet de diversifier la pratique des Arts Martiaux au sein de notre club. Il correspond aussi à l'attente d'un public qui s'intéresse aux Bujutsu et au maniement du Katana (symbole du japon féodal). La pratique du Kenjustu est une école de rigueur dans la recherche du mouvement parfait et du SHIN GI TAÏ (union de l'esprit, de la technique et du corps).


Nous espérons que cette pratique va continuer à s’intensifier au sein de la FFAAA et qui sait, pourquoi ne donnerait-elle pas jour à une Discipline Affinitaire autonome avec ses passages de grade comme c’est le cas aujourd’hui du Iaï Do au sein de la FFJDA ? Cela permettrait sans doute d’intéresser d’autre types de pratiquants que le travail à mains nues, les clés articulaires et les projections, n’attire pas.


Existe-t-il des grades de Kenjutsu ?

 

Le Kenjutsu est une discipline traditionnelle (Bujutsu) et il n'existe pas de système de grades comparables à ceux de l'Aïkido ou du Judo. Il n'existe donc pas de grades spécifiques reconnus par l'Etat ou la FFAAA. Les Kenjutsukas doivent être détachée de cette considération, c'est une recherche personnelle qui doit trouver sa justification dans la pratique. Nous distinguons cependant, au sein du club, une progression dans la pratique de nos élèves par le bais de démonstrations techniques. Cette progression est matérialisée entre autre par le port du Hakama.



Il faut aussi préciser que les techniques d’Aïkiken sont demandées pour les passage des 3eme et 4eme Dan d’Aïkido. 


Lieux et Horaires des Cours de Kenjutsu du Gonojukan :

Le jeudi soir de 19h30 à 20h30 à la Maison de Quartier de Saint-Ferjeux à Besançon.
Inscription auprès de l'accueil de la Maison de Quartier.

 

Rédigé par gonojukan

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :