Aïkido et querelles d'écoles...

Publié le 13 Février 2011

Article écrit par Aurore


Au détour d'une de mes nombreuses lectures, je suis tombée sur ce morceau savoureux que j'ai très envie de vous faire partager...


"Tout passionné, de quelque discipline que ce soit, rêve de trouver le maître qui le fera progresser. (...) comme dans tous les arts, des écoles existent depuis fort longtemps, certaines ont disparu, d'autres naissent, c'est la vie, c'est le temps. Mais une chose immuable les réunit depuis toujours : la querelle. Et cela risque de durer...

 

Le débutant qui a soif d'apprendre sera surpris, comme je le suis toujours, du manque de tolérance (...) ; à croire qu'il n'y a qu'une "véritable" <voie> aux principes figés par une doctrine immuable ! Et bien sûr, chacun prétend détenir la doctrine (...). Méfions-nous des à priori. J'ai pour ma part compris depuis longtemps qu'il n'y a pas une doctrine à appliquer (...) mais "des manières de faire"...".


 

Voilà un propos juste, réaliste et encourageant. Quel aïkidoka éclairé en est donc l'auteur ? ... Un certain Jean-Max Lecaille. Vous avez beau chercher, vous ne vous rappelez pas l'avoir jamais croisé sur les tatamis...? Normal : s'il a un jour pratiqué l'Aïkido il n'en fait pas mention, en revanche cet homme est un très bon... cavalier !


 

_D205609.jpg

      En Aïkido, comme en équitation, la relation avec son partenaire peut-être... renversante !

 

J'ai toujours pensé qu'il y avait de profondes similitudes entre l'équitation et l'Aïkido : la relation à l'autre, le respect, la recherche de l'harmonie physique et mentale entre Tori et Uke/entre cavalier et cheval, le code, l'origine guerrière/militaire etc... Au fur et à mesure de ma pratique, sur deux ou quatre jambes, j'en découvre d'autres : l'importance du travail de hanches, le centrage, l'indépendance haut/bas etc... Mais les incessantes guerres d'écoles, ça non je n'y avais pas pensé !

 

Voici la fin du texte. Le cheval étant un parfait Uke, vous n'aurez pas de mal à retirer de ces réflexions de quoi nourrir votre vision de l'Aïkido !

"... Et bien sûr, chacun prétend détenir la doctrine. Rappelez-vous nos grands-pères qui sautaient le corps penché en arrière (*) ! Méfions-nous des à priori. J'ai pour ma part compris depuis longtemps qu'il n'y a pas une doctrine à appliquer sur tous les chevaux, mais des "manières de faire" qui marchent pour tel ou tel cheval selon sa morphologie et son caractère. Alors je puise dans toutes les écoles et dans toutes les disciplines ce qu'il y a de bon pour moi et mon cheval." (**)

 

 

(*) ancienne position académique pour le saut d'obstacles où le cavalier reculait ses épaules vers la croupe du cheval, à l'inverse du mouvement du saut, ce qui devait être très inconfortable à la fois pour le cavalier et pour le cheval ! Actuellement, la position du cavalier à l'obstacle accompagne le mouvement, en équilibre sur les étriers, buste légèrement penché en avant.

 

(**) Jean-Max Lecaille, "Le paradis est à cheval", pour Cheval Magazine.


Rédigé par gonojukan

Repost 0