L'entorse acromio claviculaire, un traumatisme fréquent sur le tatami

Publié le 28 Avril 2010

Article écrit par Aurore

 

Les blessures en Aïkido sont rares, car l'esprit d'entraide et le respect entre les partenaires font que chacun reste à l'écoute de l'autre. Mais il arrive parfois qu'on se fasse mal tout seul... Parmi tous les traumatismes liés à la pratique de l'Aïkido, les entorses et subluxations comptent parmi les plus courants, tandis que les fractures restent rares. Les traumatismes des membres supérieurs sont les plus représentés, dus la plupart du temps à de mauvaises chutes. L'épaule est une articulation particulièrement exposée avec son "entorse" : la disjonction acromio-claviculaire.


 epaule

 

Petit rappel anatomique : l'épaule est une articulation complexe, la plus mobile de tout le corps dans son amplitude de mouvements. Attachant le bras au tronc, l'épaule met en contact plusieurs os : l'omoplate (dont une petite pointe forme l'acromion), la clavicule, l'humérus, la première côte, le sternum. Ces différentes surfaces de contact sont protégées par des moyens d'union que sont la capsule articulaire (poche remplie d'un liquide lubrifiant, la synovie), plusieurs ligaments, plusieurs tendons, et un bourrelet cartilagineux. A cet ensemble se rajoute une douzaine de muscles ! Au total, l'épaule bouge en adduction, abduction, antépulsion, rétropulsion et circumduction... Cette grande mobilité se paye par des accidents usuels fréquents : fracture de la clavicule (surtout pour les cavaliers), entorse scapulo-humérale, lésion du bourrelet, rupture de la coiffe des rotateurs, arthrose pour les plus usés d'entre nous, et, chez l'aïkidoka, la disjonction acromio claviculaire.

 

Ce traumatisme n'intéresse pas l'articulation principale de l'épaule, mais son extrémité, entre l'acromion et la partie externe de la clavicule. Il existe plusieurs degrés de gravité, selon l'importance de la lésion :

 

Stade 1 : entorse acromio-claviculaire : cette lésion bénigne passe souvent inaperçue. Cliniquement, on ne retrouve qu'une douleur localisée, sans laxité. Radios normales.

  

Stade II : disjonction acromio-claviculaire : rupture des ligaments et de la capsule acromio-claviculaire. Cliniquement, il existe une déformation, une laxité verticale. Visible sur les radios. 

 

Stade III : dislocation scapulo-claviculaire, associant rupture capsulo-ligamentaire et lésion de la chape musculaire delto-trapézienne qui recouvre l'acromion et la clavicule. Cliniquement, il existe une déformation importante, la clavicule est  perçue sous la peau, la laxité existe dans le plan vertical et dans le plan horizontal. Radiologiquement, on voit la luxation claviculaire.

 

Stade IV associe une fracture de la clavicule, un arrachement de la plaque d'insertion des ligaments. Cliniquement, la clavicule pointe sous la peau, la mobilisation est très douloureuse. La radiologie permet de faire le diagnostic.


 A-main-epaulefr

      photo main-épaule.fr

 

 

Le traitement orthopédique (immédiat)

- Bras en écharpe

- Strapping (bandage collant style Elastoplast) dont le but est d'abaisser la clavicule et de relever l'acromion. Il sera gardé trois semaines. Des séances de rééducation par un kiné sont fortement conseillées ensuite afin de retrouver un mouvement juste. Le délai standard de récupération est d'environ 1 mois et demi en tout.


Le traitement chirurgical (stade III et IV)

Il associe souvent un geste de stabilisation acromio-claviculaire  (vis, plaques...) à une réparation ligamentaire (suture). Il existe de nombreuses techniques. 

A distance de l'accident, devant l'appartition de séquelles douloureuses ou gênant la mobilisation, une intervention peut être proposée. 

 

A-rehateam

photo Rehateam

 

L'évolution est variable et dépend du stade et de l'activité de la personne. Dans les stades I et II, la guérison est de règle, laissant parfois une gène lors des mouvements de force en abduction-rotation externe, ce qui peut gêner dans la pratique de l'Aïkido. Dans les stades III et IV, la douleur, la déformation et la limitation aux efforts sont fréquentes, et peuvent empêcher toute pratique sur le tatami. Il est toujours possible de consulter un chirurgien pour évaluer l'opportunité d'une intervention, mais la récupération complète risque d'être très difficile.

 

Toute douleur à l'épaule après une mauvaise chute ne doit donc pas être négligée, afin de faciliter la cicatrisation, la récupération fonctionnelle et d'éviter les séquelles.

 


Rédigé par gonojukan

Repost 0