Stage de ligue de Michel Erb à Valdoie

Publié le 19 Octobre 2010

Article écrit par JC

C’est sous le ciel gris de Belfort que le club de Valdoie nous a accueilli ce dimanche pour le premier stage de la ligue Franche Comté de cette saison 2010-2011. Dirigé par Michel Erb (5e Dan Aikikaï), les quatre heures du stage se sont écoulées sans que l’on s’en rende compte, signe, s’il en fallait, de la qualité de l’enseignement dispensé.


 2008-04-27_bzac_erb5.jpg

 

Dans une première partie consacrée au travail sur katate dori, Michel s’est attaché à nous rappeler l’importance du placement de Tori pour donner au mouvement tout son sens. Il a notamment rappelé au travers de kokyu nage que Uke n’est pas un robot qui se contente de chuter lorsqu’on lui demande mais qu’il appartient à Tori de mobiliser son partenaire au travers d’un placement judicieux et de mouvements qui concernent les deux pratiquants. Une attention particulière a été portée au point de rencontre entre le poignet saisi et la main qui vient saisir, ce point devant rester fixe une fois la saisie effectuée.


 IMG_5714.JPG

 

La seconde partie du stage s’est portée sur le travail au jyo nage waza (technique de sollicitation), le travail portant sur l’importance des déplacements et des distances. Un premier exercice nous a permis de sentir la distance qui semble juste au jyo, ni trop près au risque que Tori puisse toucher Uke rapidement sans déplacement, ni trop loin sans quoi Tori ne se sent plus agressé et n’a pas de raison de chercher à appliquer une technique.

Un petit intermède historique nous apprend que le bout de l’arme représentée aujourd’hui par le jyo était à l’origine pourvu d’une lame proche de celle d’un katana et que cette arme pouvait tout autant couper qu’être plantée dans son adversaire. Cette notion explique le mouvement de coupe au niveau de la tempe qui entraine la saisie dans le cadre de jyo nage waza.

Reprenant notre travail en alternant entre irimi tenkan (un pas en avant puis un pas en tournant ses hanches) et irimi enka (un pas en avant puis rotation sur les appuis sans pas supplémentaire) nous avons travaillé différentes versions de kokyu nage afin de sentir en quoi notre placement et l’angle que forme notre corps par rapport à celui de notre partenaire peut influencer ses réactions et la réussite de la technique. 


 2008-04-27_bzac_erb1.jpg

 

Au cours de la troisième partie de ce stage, le travail s’est articulé autour de yokomen uchi. Toujours orienté sur le placement, nous avons travaillé au respect de la logique du mouvement, recherché pourquoi et comment Uke pivote lorsque Tori effectue sa technique. Nous avons également travaillé nos attitudes et nos intentions, appuyant le regard sur l’objectif de notre technique afin d’en informer Uke autant que pour garder à l’esprit le sens du mouvement. Dans le cadre du travail sur kote gaeshi nous avons eu l’occasion de continuer le travail sur le point de rencontre. Je vous retranscris d’ailleurs une phrase proposée par l’un des participants et reprise par Michel : “Dans kote gaeshi tout bouge sauf le poignet”, symbole de la stabilité de ce point où se croisent Uke et Tori.

 

En résumé, un stage qui a su nous apporter à tous, tous niveaux confondus et qui nous aura fait réaliser ou réapprendre que dans toute relation il est difficile de changer l’autre. Il faut alors accepter de se changer soi, les autres changeront en réaction à notre changement. Un grand merci à Michel et au club de Valdoie !


Rédigé par gonojukan

Repost 0