Le salut en Aïkido...

Publié le 1 Juillet 2010

Article publié par Jean-Christophe

 

L'aïkido, comme la plupart des budo, est basé sur un code et sur un ensemble de traditions. Parmi ces traditions on remarque que le salut est omniprésent dans la pratique à tel point qu'un cours traditionnel verra les pratiquants saluer une bonne vingtaine de fois en une heure.

       http://farm4.static.flickr.com/3555/3541264347_b1ce3150ee.jpg
Image par Marius Zierold


Avant tout il faut remettre le salut dans son contexte et lui redonner son sens d'origine. Il ne s'agit pas de se soumettre à un sensei, ni d'un geste automatique qu'il est obligatoire d'effectuer. Il est important de saisir que le salut est une marque de respect envers la personne que l'on salue.

Les occasions au cours desquelles se pratique le salut :

  • Lorsque l'on rentre sur le tatami le pratiquant salue en direction du kamiza, ceci afin de montrer le respect qu'il porte à O-Sensei et au lieu dans lequel il va pratiquer.
  • Ensuite lorsque le cours commence, le senseï et les pratiquants se tournent vers le kamiza et, de nouveau, montrent leur respect à O Senseï en effectuant un salut assis (certain disent "O Senseï" pendant ce salut, ce qui signifie "Grand Maître"). Certains senseï prononcent le mot "reï" au moment de saluer, ce qui veux bien évidemment dire "Saluez" en japonais.
  • Puis le senseï et les pratiquants se font face et se saluent mutuellement afin, une fois encore, de se montrer le respect que nous avons les uns pour les autres. Il n'est pas de question de hiérarchie, les pratiquants remercient le senseï pour le temps qu'il leur consacre et le senseï remercie les pratiquants sans qui son dojo resterait vide. Senseï et pratiquants prononcent les mots "Onegaï shimasu", ce qui se traduit difficilement et qu'on associera donc à "S'il vous plait".
  • Le senseï présente alors une technique, après quoi un nouveau salut assis a lieu indiquant que tous sont prêts à faire de leur mieux dans l'étude de ce mouvement.
  • Les pratiquants se mettent par deux et se saluent avant de commencer à pratiquer, signe que chacun accepte l'autre comme partenaire et fera de son mieux pour lui donner les meilleures conditions de travail possible. Certains pratiquants disent "onegaï" ("S'il vous plaît") pendant ce salut.
  • Une fois l'étude du mouvement terminée, les partenaires se saluent de nouveau en signe de remerciement pour le moment partagé.
  • Ce rituel se répète ainsi à chaque nouvelle technique. La fin du cours est marquée par un salut en direction du kamiza (identique au salut en début de cours) 
  • Ensuite, un dernier salut au senseï en prononçant les mots "domo arigato gozaimashita" (qui signifie "merci beaucoup pour ce que nous venons de partager").
  • Et finalement, lorsque le pratiquant sort du tatami, il effectue un dernier salut en direction du kamiza (identique au salut effectué en entrant sur le tatami).                                                                                                     
http://farm1.static.flickr.com/23/169056838_df459b81ef.jpg
Image par Dimmerswitch
Il existe plusieurs formes de salut :    
  • le salut debout (ritsureï) : pieds serrés, les mains sur le coté des cuisses, le buste se penche en avant et le dos reste droit. Le regard se porte généralement sur la personne saluée sauf si l'on souhaite montrer d'avantage de respect auquel cas le regard se portera sur le sol.                 
  • le salut assis (zareï) : assis en seiza, les mains sur les genoux, la main gauche se place au sol, puis la main droite afin de former un triangle. On se penche ensuite jusqu'à ce que les coudes touchent le sol. Ici le regard se porte sur le sol. Puis la main droite revient, suivie par la main gauche. Pourquoi cet ordre dans les mains ? L'idée est de garder sa "bonne" main (la droite) le plus longtemps possible dans une position propice à la défense, on l'amène donc au sol le plus tard possible pour la ramener le plus tôt possible.                                                                                
  • le salut avec armes : lorsque l'on monte sur le tatami avec des armes, celles-ci sont présentées au kamiza à hauteur des yeux en même temps que l'on effectue un salut debout. Une fois assis, les armes sont placées à la droite du pratiquant, la lame du ken et du tanto généralement en direction de soi (en signe de paix, il est ainsi plus difficile d'attaquer quelqu'un), la pointe de l'arme dirigée vers l'arrière. Il est généralement admis que la pointe des armes ne doit pas être en direction du kamiza (pour ne pas lui manquer de respect). 

 

http://farm4.static.flickr.com/3544/3462549456_9948e02b1a.jpg
Image par Angel Medinilla

Le salut est donc un geste assez simple mais chargé de sens, et il est souvent dénaturé par un manque d'implication ou de compréhension de la part du pratiquant. Ne perdez pas le sens de cet acte de respect et de gratitude, mais prêtez lui toute l'attention nécessaire... et vous renforcez ainsi la valeur de ce moment d'échange et de reconnaissance qui est le prémice incontournable de la pratique des arts martiaux.

Rédigé par gonojukan

Repost 0