Stage Léo Tamaki à Dijon

Publié le 9 Décembre 2013

article écrit par Aurore

 

 

Le week-dernier, l'Aïkido Club Dijonnais de Michel Desroches accueillait Léo Tamaki pour un stage. Un mois après son passage à Besançon, nous avons été heureux de le retrouver. 


portrait1 

 

Après une préparation axée sur le relâchement et la prise de conscience des tensions superficielles, Léo nous à à nouveau fait travailler les muscles profonds. Les exercices nous ont semblés un peu moins difficiles que la dernière fois, c'est dire si nous nous sommes entraînés entre temps :-) Il reste beaucoup de travail pour atteindre sa maîtrise du corps, fluide et disponible. 


leo-tamaki-dijon-2013 8783

 

Le premier travail a porté sur la notion shomen uchi. Léo a du avoir les yeux qui piquent à nous observer car rapidement, il nous a encouragé à retravailler le sens de cette frappe en utilisant nos zooris en guise de pattes d'ours. 

 

 leo-tamaki-dijon-2013 8776

 

Ensuite, une déclinaison des distances d'entrée sur tsuki nous a permis d'exercer les principes-clés proposés par Léo : abolir les mouvements d'appel afin de leurrer jusqu'à la dernière seconde son partenaire, chercher le contact juste avec Uke sans jamais lui imposer de force la technique, en un mot, appliquer ce vieux principe d'équitation : une main de fer dans un gant de velours.

 leo-tamaki-dijon-2013 8772

 

leo-tamaki-dijon-2013 8774

 

Le travail de Uke en Aïkido est plus ou moins agréable suivant la technique et le Tori avec qui on travaille. A mon sens une des techniques les plus difficiles à recevoir est Ushiro Kiri Otoshi car le sens du Ushiro Ukemi donne souvent une sensation de tassement des vertèbres lombaires. Il faut dire qu'un grave accident de cheval m'a fracturé trois vertèbres désormais soudées en plein milieu du dos, et que la souplesse de mon rachis n'est donc plus optimale. Voilà justement la technique choisie par Léo... Je me retrouve les quatre fers en l'air sans avoir jamais ressenti de contrainte ! Intriguée je redemande la technique et encore une fois cette sensation étrange d'avoir été guidée avec bienveillance dans le sens de la technique sans un battement de coeur plus haut que l'autre, sans tension. Cette technique illustre parfaitement le sens de la recherche de Léo, qui respecte au maximum Uke comme Tori afin que nous puissions tous pratiquer l'Aïkido heureux et en forme, jusqu'à notre dernier souffle. 


 leo-tamaki-dijon-2013 8785

Merci à l'Aïkido Club Dijonnais pour son accueil,

Merci à Léo pour sa gentillesse et son enseignement technique !

Rédigé par gonojukan

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :