Publié le 1 Décembre 2010

Article publié par Stéphane

 

Les 22 et 24 octobre dernier, pour la 5e année consécutive, Gilbert Maillot, technicien 5e Dan BE2 et membre du collège technique de la FFAAA, organisait un stage sur Besançon. L'occasion pour nos enfants et ados de bénéficier d'une expérience enrichissante !

 

D208700dxo

 

D208723dxo

 

Gilbert nous a proposé d'animer les cours enfants et adolescents du vendredi soir à la Maison de Velotte. Cela a été l'occasion pour nos élèves d'avoir un stage "à domicile" et de profiter du talent pédagogique de Gilbert. Gilbert est d'ailleurs très actif au sein de la commission jeunes de la FFAAA et il anime des stages spécifiques pour les enseignants enfants (voir notre article :  Formation enseignant Aïkido enfants et jeunes à Narbonne).

 

D208707dxo

 

D208742dxo

 

D208747dxo

 

Le fait de rencontrer un nouvel enseignant est souvent intimidant pour les jeunes pratiquants mais Gilbert a su gagner rapidement leur confiance. Cette "nouveauté" est d'ailleurs propice à un état de concentration et d'attention supplémentaire qui permet à nos jeunes aïkidokas de se dépasser !

 

D208768dxo

 

D208793dxo

 

D208820dxo

 

Un bilan très positif avec de jeunes pratiquants réunis dans la bonne humeur ! Bravo à tous nos élèves et merci à Gilbert !

Lire la suite

Rédigé par gonojukan

Repost 0

Publié le 29 Novembre 2010

Article publié par Stéphane

Découvrez un article consacré à la pratique de l'Aïkido (et au Gonojukan) dans le dernier numéro de la revue "Vu du Doubs":

 

ArticleVuDuDoubsNovembre2010Numero183-31

Lire la suite

Rédigé par gonojukan

Repost 0

Publié le 19 Novembre 2010

Article publié par Stéphane

 

Le prochain stage de ligue Franche-Comté aura lieu à Besançon le dimanche 28 novembre de 9h à 13h au complexe sportif des Torcols - 3 avenue des Torcols (PSB).

 

Ce stage sera dirigé par Michel ERB, 5eme dan et membre du collège technique de la FFAAA.

 

ligue2811

 

 

Lire la suite

Rédigé par gonojukan

Repost 0

Publié le 18 Novembre 2010

Et parce que l'Aïkido ce n'est pas que pour les enfants, voici un petit clip de Christian Tissier et de la FFAAA pour faire découvrir l'Aïkido à tous ceux que la petite fille de la vidéo précédente n'a pas découragés.      :-)

 

Lire la suite

Rédigé par gonojukan

Repost 0

Publié le 15 Novembre 2010

Article écrit par Aurore

 

A l'instar d'une publicité bien connue pour des biscuits au chocolat, une très jeune aïkidoka nous montre que l'Aïkido, si, si, c'est bien pour les enfants !

 

 

Lire la suite

Rédigé par gonojukan

Repost 0

Publié le 8 Novembre 2010

Article publié par Stéphane

 

Aurore vient tout juste de réussir son Brevet d'Etat d'Educateur Sportif en Aïkido. Ce sont donc deux années de travail et d'efforts qui se concluent par une belle réussite !

 

AURORE

 

Aurore est donc le troisième BEES 1er degré du club, avec Julien et Stéphane. Contrairement au Brevet Fédéral, qui est reconnu uniquement par la Fédération qui le décerne et qui se porte garante de l'enseignant, le BEES 1er degré est un brevet professionnel décerné par l'Etat qui reconnait ainsi les qualités techniques et pédagogiques de l'enseignant.

 

Pour obtenir ce diplôme il est nécessaire de passer d'abord un tronc commun à toutes les disciplines sportives, essentiellement théorique, portant sur la connaissance des sciences humaines appliquées au sport, l'anatomie, la législation, l'administration du sport, le milieu associatif... Aurore a passé le tronc commun en octobre 2009 qu'elle a réussi brillamment avec 17 de moyenne (le taux de réussite au tronc commun est seulement de 50%).

 

D207207

 

Un certain nombre de disciplines sportives donnent ensuite lieu à une partie complémentaire. C'est le cas pour l'Aïkido (ainsi que pour le Judo, le Karaté, le Taekwondo et le Wushu pour ce qui est des arts martiaux). Aurore a donc ensuite préparé la partie spécifique propre à l'Aïkido (la fédération organise des stages de préparation, cette année ils avaient lieu à Dinard en Bretagne puis à Chartres en région Centre). Pour passer l'examen, Aurore a dû plancher une semaine entière à Vanves (région parisienne) : épreuves théoriques écrites et orales (histoire, assurances, législation...), épreuves sur tatami pédagogiques et techniques. Un niveau de 2e Dan UFA minimum est requis pour se présenter à l'examen, auquel il faut ajouter une bonne dose de culture générale et un travail préparatoire intensif.

 

2013296

 

C'est donc un parcours de longue haleine qui représente un très gros investissement personnel. Aurore pratique l'Aïkido depuis 1992 et dirige actuellement les cours enfants et ados du Gonojukan. C'est donc un gage de qualité supplémentaire pour le Gonojukan et la reconnaissance des compétences d'Aurore sur le plan technique et pédagogique.

 

Bravo Aurore ! Et bravo également à notre amie Isabelle du club de Lons.

Lire la suite

Rédigé par gonojukan

Repost 0

Publié le 5 Novembre 2010

Article écrit par Julien

 

Gilbert Maillot est membre du Collège Technique de la Fédération Française d’Aïkido et Arts Affinitaires, 5è Dan et diplômé d’un BEES 2 spécialité « Arts Martiaux – Aïkido ». Depuis plus de dix ans, Gilbert a formé de nombreux enseignants d’Aïkido dans le cadre des formations fédérales (écoles des cadres, formation aux examens du Brevet d’Etat d’Aïkido). A l’occasion du stage à Besançon – Vesoul d'octobre 2010, nous avons cherché à en savoir un peu plus sur ce qu’il pensait de l’avenir de l’Aïkido... 

D208868dxo

 

Gonojukan – Bonjour, Gilbert. Cette saison encore, tu animeras pour la troisième fois un stage pour les enseignants des sections enfants et adolescents. D’après toi, quelle est la place de la pratique des jeunes au sein des clubs et de notre fédération ?

 

 

Gilbert Maillot – Les jeunes ont en eux-mêmes une joie de vivre. Elle est communicative. C’est de l’énergie à l’état pur. Il suffit d’entrer dans cette dynamique avec eux. A partir de cette connivence de départ il va s’instaurer une confiance réciproque permettant de les guider dans la découverte de notre activité. Ce qui me plait c’est l’intensité de la communication dans ces moments là. Si on se met à leur portée les jeunes nous apportent beaucoup sur notre propre vécu de l’Aïkido ! Ils nous amènent à nous remettre en question. L’égo en prend un coup mais on abandonne ses illusions pour entreprendre la simplicité. Avec les enfants pas de balivernes. On va à l’essentiel. On découvre et on se construit ensemble.

 

G - D’après toi, quelle est la place de la pratique des jeunes au sein des clubs et de notre fédération ? 

 

GM – La section jeunes est souvent le « parent pauvre » d’un club. Je veux dire qu’elle vient le plus souvent compléter accessoirement la section la plus valorisée, celle des adultes. Dans ce créneau on place fréquemment un animateur moins gradé ou moins qualifié. Ce qui veut dire que ce n’est pas là qu’on attend les meilleurs résultats. On peut le comprendre dans la mesure où la formation des enseignants jeunes n’est pas encore entrée dans les moeurs. Mais il faut miser sur elle pour que les enfants persistent dans leur pratique et bénéficient des valeurs éducatives qu’ils sont en droit d’attendre de l’Aïkido. 

 

D208709dxo

 

 

G – On le constate dans notre région, les plus gros clubs sont ceux qui ont une ou plusieurs sections « jeunes ». A ton avis, quels sont les avantages qui peuvent en être retirés par les jeunes pratiquants, les enseignants, les clubs, les ligues et la fédération ? 

 

GM – Il est vrai que la réussite d’un club se mesure à son effectif. L’envisager par le biais des enfants ouvre des perspectives de remplir les Dojo et donner ainsi de la crédibilité à tous les niveaux de la structure fédérale. Les pouvoirs publics nous y encouragent en termes de subventions et même d’intérêt accordé à notre activité. Il est clair que nous sommes mieux considérés si nous participons à l’éducation des plus jeunes. C’est à vrai-dire la mission première accordée par l’état à la vie associative. Alors créer une Section Jeunes indique que nous allons dans le sens d’une action sociale et culturelle. 

 

G – D’autres fédérations d’arts martiaux basent leur développement essentiellement sur les sections jeunes. Penses-tu que ce devrait être aussi le cas pour l’Aïkido en France ? 

 

GM – Le premier principe de l’Aïkido est la non-compétition. Pour cette raison nous avons du mal à faire venir les jeunes. Nous le savons et nous l’acceptons. Néanmoins nous sommes convaincus que les valeurs éducatives que nous dispensons pourraient être entendues et reconnues comme fondamentales pour l’éducation des jeunes. C’est l’encadrement qui nous manque. C’est-à-dire des enseignants qualifiés pour cela. Tant que nous n’aurons pas mis en place des modules de formation efficaces il nous sera difficile de prendre la même option que les autres fédérations. 

 

D208854dxo

 

G – En tant que membre du Collège Technique de la FFAAA, sur quoi le développement de l’Aïkido en France s’appuie-t-il ? Une tendance se dégage-t-elle ? Des questions sont-elles à l’étude concernant le ciblage ou l’élargissement du public, l’enseignement à de nouvelles pratiques connexes ou l’introduction de pratiques compétitives ? 

 

GM – La catégorie d’âge qui connait une évolution depuis plusieurs année est celle de plus de 46 ans. Cette tendance nous invite à considérer la pratique sous l’angle de la santé ou du bien-être. Mais est-ce le souhait des techniciens ? Je n’en suis pas convaincu. Par ailleurs nous sommes interpelés par un autre public. Celui des handicapés. Une réflexion est menée actuellement pour les intégrer dans notre pratique. 

 En revanche la compétition représenterait une dérive que personne n’approuve. 

 

G – Depuis quelques années, le nombre de Brevets d’Etat d’Aïkido a fortement augmenté. Penses-tu que la professionnalisation soit indispensable au développement de l’Aïkido en France ? 

 

GM – Toutes les bonnes volontés sont appréciables pour assurer le développement d’une activité. Nous n’allons pas faire de ségrégation. Néanmoins une fédération a tout intérêt à se doter de compétences. Le BF prépare à l’exercice bénévole avec une formation donnant de réelles aptitudes à l’enseignement. Le BE pousse plus loin les exigences et ouvre la porte au professionnalisme. Il est vrai que l’on constate une recrudescence de candidats. C’est une bonne nouvelle. La professionnalisation offre l’avantage d’une implication plus forte des professeurs. Reste la question du « marché » dont ils pourront bénéficier. Car il faut bien parler de « clientèle » pour assurer leur subsistance. 

Sont-ils à même de la développer ? Le contexte socio-économique s’y prête t-il ? Les actions fédérales vont-elles dans le sens d’une augmentation d’effectif ? 

Il nous faut mettre en oeuvre simultanément tous ces aspects. 

 

2017193dxo

 

G – Merci beaucoup pour ces réponses. Au cours de tes derniers stages, deux mots ressortaient plus particulièrement : « confort » et « simplicité ». Pour finir cette interview, peux-tu nous en dire plus sur ta recherche personnelle actuelle ? 

 

GM – En avançant sur le chemin de l’Aïkido ce sont les qualités durables qui retiennent mon attention. Celles qui répondent aux principes inhérents à la discipline d’une part et qui conjointement procurent une amélioration dans le temps. Pour ces raisons j’évoque le confort pour signifier l’aisance dans toute action menée avec son partenaire. Se mouvoir sans effort pour assurer sa protection et pour agir sur l’assaillant. La simplicité en découle car elle suppose qu’on évacue tout ce qui est inutile : La gesticulation, l’empressement, les tensions, les résistances. Tout ceci participe à un principe. Celui de « l’économie ». Il rejoint ce qu’on appelle « l’efficience » qui désigne la capacité à obtenir un grand résultat avec peu de moyens. 

Tout un programme me direz-vous !? C’est pour cela que nous sommes si souvent sur le Tatami. 

Un travail de longue haleine et à entreprendre à quelque niveau que ce soit de la progression. 

 

G - Merci Gilbert.

 

2017174dxo

 

 

Lire la suite

Rédigé par gonojukan

Repost 0

Publié le 24 Octobre 2010

Article publié par Stéphane

 

C'est dans la bonne humeur que s'est déroulé le premier cours de self-défense de la rentrée 2010 à la Maison de Velotte ! 

Bien que le beau temps nous ait fait concurrence (une partie des pratiquants ayant préféré profiter des derniers rayons de soleil), les plus volontaires étaient présents sur le tatami pour transpirer dans une ambiance studieuse mais détendue.

 

D208683 

 

D208680

 

Au programme un échauffement sur des enchaînements de frappes (divers coups de poings) aux pattes d'ours... rien de tel pour faire monter le cardio ! Nous avons ensuite vu une série de défense contre étranglement avant ou latéral avant de passer aux défenses contre coup de poing au visage. Esquives, coups de poings ou de genoux, clés et immobilisations ont été de la partie.

L'après-midi s'est conclue sur l'étude de quelques "grands classiques" de la défense contre une attaque au couteau au ventre.

Un cours bien rempli donc, tant sur le plan technique et physique. 

 

D208673

 

Ces cours sont accessibles à tous quelque soit votre niveau (débutant complet ou pratiquant régulier d'un budo classique), et l'entraînement se fait dans le respect des capacités physiques de chacun. C'est un entraînement souple et le respect de l'intégrité physique des participants est au coeur de notre enseignement.

 

Le prochain cours aura lieu le dimanche 14 novembre de 14h à 17h30 à la Maison de Velotte. Vous pouvez vous inscrire sur place avant le cours.

La licence EAJJ est obligatoire pour les pratiquants non adhérents des sections Aïkido-Kenjutsu duGonojukan (18 euros - valable toute la saison sportive). Certificat médical de non contre indication à la pratique de l'Atemi Jujitsu obligatoire.

 

D208676

Lire la suite

Rédigé par gonojukan

Repost 0

Publié le 19 Octobre 2010

Article écrit par JC

C’est sous le ciel gris de Belfort que le club de Valdoie nous a accueilli ce dimanche pour le premier stage de la ligue Franche Comté de cette saison 2010-2011. Dirigé par Michel Erb (5e Dan Aikikaï), les quatre heures du stage se sont écoulées sans que l’on s’en rende compte, signe, s’il en fallait, de la qualité de l’enseignement dispensé.


 2008-04-27_bzac_erb5.jpg

 

Dans une première partie consacrée au travail sur katate dori, Michel s’est attaché à nous rappeler l’importance du placement de Tori pour donner au mouvement tout son sens. Il a notamment rappelé au travers de kokyu nage que Uke n’est pas un robot qui se contente de chuter lorsqu’on lui demande mais qu’il appartient à Tori de mobiliser son partenaire au travers d’un placement judicieux et de mouvements qui concernent les deux pratiquants. Une attention particulière a été portée au point de rencontre entre le poignet saisi et la main qui vient saisir, ce point devant rester fixe une fois la saisie effectuée.


 IMG_5714.JPG

 

La seconde partie du stage s’est portée sur le travail au jyo nage waza (technique de sollicitation), le travail portant sur l’importance des déplacements et des distances. Un premier exercice nous a permis de sentir la distance qui semble juste au jyo, ni trop près au risque que Tori puisse toucher Uke rapidement sans déplacement, ni trop loin sans quoi Tori ne se sent plus agressé et n’a pas de raison de chercher à appliquer une technique.

Un petit intermède historique nous apprend que le bout de l’arme représentée aujourd’hui par le jyo était à l’origine pourvu d’une lame proche de celle d’un katana et que cette arme pouvait tout autant couper qu’être plantée dans son adversaire. Cette notion explique le mouvement de coupe au niveau de la tempe qui entraine la saisie dans le cadre de jyo nage waza.

Reprenant notre travail en alternant entre irimi tenkan (un pas en avant puis un pas en tournant ses hanches) et irimi enka (un pas en avant puis rotation sur les appuis sans pas supplémentaire) nous avons travaillé différentes versions de kokyu nage afin de sentir en quoi notre placement et l’angle que forme notre corps par rapport à celui de notre partenaire peut influencer ses réactions et la réussite de la technique. 


 2008-04-27_bzac_erb1.jpg

 

Au cours de la troisième partie de ce stage, le travail s’est articulé autour de yokomen uchi. Toujours orienté sur le placement, nous avons travaillé au respect de la logique du mouvement, recherché pourquoi et comment Uke pivote lorsque Tori effectue sa technique. Nous avons également travaillé nos attitudes et nos intentions, appuyant le regard sur l’objectif de notre technique afin d’en informer Uke autant que pour garder à l’esprit le sens du mouvement. Dans le cadre du travail sur kote gaeshi nous avons eu l’occasion de continuer le travail sur le point de rencontre. Je vous retranscris d’ailleurs une phrase proposée par l’un des participants et reprise par Michel : “Dans kote gaeshi tout bouge sauf le poignet”, symbole de la stabilité de ce point où se croisent Uke et Tori.

 

En résumé, un stage qui a su nous apporter à tous, tous niveaux confondus et qui nous aura fait réaliser ou réapprendre que dans toute relation il est difficile de changer l’autre. Il faut alors accepter de se changer soi, les autres changeront en réaction à notre changement. Un grand merci à Michel et au club de Valdoie !


Lire la suite

Rédigé par gonojukan

Repost 0

Publié le 11 Octobre 2010

Article publié par Stéphane

 

Gilbert Maillot est sans doute l'un des référents techniques de la FFAAA qui trouve le plus d'écho au sein de notre club. La qualité de son approche technique, fluide, souple, parfois minimaliste mais toujours efficace y est sans doute pour quelque chose... mais ce serait omettre ses grandes qualités pédagogiques qui lui permettent de tirer le meilleur de ses élèves. Et pour clore le tout, ses qualités humaines achèvent de convaincre !

 

GM-portrait2

 

C'est donc avec un grand plaisir que nous vous informons qu'il organisera un stage sur Besançon et Vesoul. Le stage aura lieu le samedi 23 octobre de 14h à 17h à Vesoul (Maison des Associations) et le dimanche 24 octobre de 9h30 à 12h30 à Besançon (Complexe Sportif des Torcols - Dojo du PSB).

 

 

GM-032010-10

Le dojo des Torcols (PSB) nous accueillera une fois de plus
grâce au Service des Sports de la Ville de Besançon

 

 

Il y aura aussi un cours spécifique pour les jeunes aïkidokas !  Gilbert est en effet l'un des membres actifs du développement de l'Aïkido pour les jeunes au sein de notre fédération. 

 

GMkids10

 

Alors quel que soit votre niveau, prenez votre kimono et en avant sur le tatami !

Lire la suite

Rédigé par gonojukan

Repost 0